Paroles de France

Avec LE PEN
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 GDF

Aller en bas 
AuteurMessage
Maya
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: GDF   Ven 24 Mar 2006 - 0:35

Alors que le groupe Gaz de France n’a jamais été aussi florissant, il vient d’obtenir du gouvernement le droit d’augmenter une nouvelle fois ses tarifs, de 5,8 %, hausse applicable dès le 1er avril. Service public à la mode libérale: le public paye, et les actionnaires se servent.

Alors même que GDF annonçait triomphalement, le 16 mars dernier, le bénéfice le plus élevé de son histoire, 1,743 milliards d’euros en 2005 (+ 29 %), tout en précisant que le groupe allait verser à ses actionnaires un dividende en hausse de 48 % et en se réjouissant que les perspectives de croissance soient bonnes, Jean-François Cirelli réclamait à l’Etat, qui reste pour l’heure son actionnaire majoritaire, une nouvelle augmentation de ses tarifs!

Nous pensions alors que Le PDG de Gaz de France se moque du monde. Eh bien, il n’est plus seul. La Commission sur les tarifs du gaz, qui réunit deux députés de la majorité et un économiste universitaire au CV long comme le bras, a préconisé une hausse de 5,8 %, qui “correspond précisément à la hausse des coûts de la matière depuis novembre 2004″.

Robin des bois à l’envers

La nouvelle est tombée le 21 mars: Thierry Breton, ministre de l’économie et des finances, accepte. Dès le 1er avril, les 7 millions de particuliers se chauffant au gaz paieront davantage, afin que les actionnaires de GDF touchent un dividende encore plus gras.

Les ménages modestes apprécieront cette histoire de Robin des bois réécrite à l’envers: directement des poches des pauvres vers celles des riches! Et ce n’est pas fini, puisque Breton avait osé refuser la hausse déjà réclamée en décembre, venant après celles accordées en juillet 2005, de 4 %, puis à nouveau de 3,8 % en novembre. Alors Cirelli sort sa calculette et évalue le manque à gagner à 750 millions d’euros. Et l’impayable Commission sur les tarifs annonce qu’elle va effectuer des “travaux complémentaires” au cours des prochains mois sur cette question du rattrapage des ajustements tarifaires.

Les promesses de Sarkozy, du vent? Non, du gaz!

Le pire de tout cela, c’est que GDF est toujours détenue à 80 % par l’Etat. Drôle de conception du service public que celle-là. Qu’on lutte contre les déficits est louable, mais qu’on accroisse la rentabilité au détriment du… public? On marche vraiment sur la tête. Encore faut-il sans doute se réjouir que la fusion avec Suez ne soit pas encore effective, qui pourrait aboutir à la privatisation dont le gouvernement avait pourtant juré, la main sur le coeur, en 2004, qu’elle ne se ferait jamais.

“Y compris en cas d’augmentation de capital, l’Etat ne pourra pas descendre en dessous de 70 %”, promettait alors le ministre de l’économie de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy. Il a même fait inscrire dans la loi du 29 août cet amendement. Qu’importe, changeons la loi, et renions la promesse! Sans le contrepoint étatique à ses ambitions capitalistes, GDF pourrait d’autant mieux tondre la laine sur le dos de ses clients. Mais soyons rassurés: Thierry Breton a précisé que “la participation de l’Etat ne sera en aucun cas inférieure à la minorité de blocage, soit 34 %”. Il ne nous en voudra pas de prendre cette nouvelle promesse avec des pincettes.

Novopress

_________________
« Nous jurons de lutter jusqu'à la renaissance de notre patrie et le redressement de notre peuple. »
Jean-Marie Le Pen
[img:5518]https://redcdn.net/ihimizer/img146/120/diaporamaagrimaya6od.gif[/img:5518]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 67
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: GDF   Ven 24 Mar 2006 - 10:55

GDF : L’AUGMENTATION DE TROP !

Après avoir déjà augmenté de 13% sa note à la veille de l’hiver dernier, GDF vient d’obtenir du Gouvernement le feu vert pour une nouvelle augmentation de ses factures aux usagers à hauteur de plus de 5%, soit plus de 18% de hausses en moins de cinq mois. Est-ce le prix à payer pour avoir évité à GDF une OPA étrangère, ou est-ce sa dot pour son mariage avec SUEZ ? Et depuis quand les « invités » paieraient-ils la dot de la mariée ?

Le Gouvernement et ses Services ou affidés confirment une règle inique : plus les bénéfices enregistrés sont « historiquement » élevés, plus les Français doivent s’attendre à payer davantage ; c’est le cas de GDF, mais aussi de Total, de la SNCF, etc…dont tous les « services » sont d’autant plus chers qu’ils laissent à désirer.

Des statistiques osent prétendre que les Français consomment davantage, ce qui inciterait sans doute les Pouvoirs publics à toujours tirer plus sur la corde. C’est oublier l’augmentation considérable des endettements familiaux, de la paupérisation, du nombre de prestataires au RMI, et c’est oublier que les « bas de laine » des autres ont une limite.

Déjà bernés par une monnaie européenne qui a servi d’alibi à toutes sortes de hausses sauvages dans les domaines de première nécessité, les Français sont mis devant le fait accompli pour leur note de Gaz, sitôt l’hiver passé, comme si le chauffage domestique devenait un luxe à partir du 20 mars. Si GDF est tributaire des augmentations du prix des carburants, alors les usagers se trouvent une fois de plus tributaires de la fiscalité sauvage de l’Etat selon la théorie des dominos. Plus l’Etat est incapable d’assumer ses prérogatives régaliennes, plus il prétend percevoir des impôts de plus en plus lourds et moins il sait s’en servir. Il faudra bien que les consommateurs brisent dans les urnes ce cercle vicieux et demandent des comptes.

 

Source : www.parti-populiste.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
GDF
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paroles de France :: Les débats :: L'actualité-
Sauter vers: